« Débloquez le débat ! »

Un article de

En deux semaines, notre appel au débat sur le projet de la gauche et pour une primaire des gauches et des écologistes a rassemblé plus de 70 000 signataires. Il a suscité de nombreux commentaires, y compris des critiques, des interrogations et des soupçons. Certains arguments méritent à coup sûr examen mais d’autres relèvent d’un étonnant aveuglement au regard de la gravité de la crise démocratique que nous traversons.

La critique la plus sérieuse est certainement que la logique des primaires renforce le présidentialisme. Notre initiative nous est imposée par les circonstances. Dans le contexte présent, le risque est réel d’une disparition durable de la gauche et des écologistes du paysage politique national et, dans l’immédiat, d’une confrontation de second tour de la présidentielle réduite à la droite et l’extrême-droite.

 Pour refonder notre démocratie et débloquer la France, il faudra repenser en profondeur les institutions de la 5ème République. D’ailleurs, ceux qui résistent le plus à l’idée d’une primaire sont ceux qui continuent de croire à la rencontre d’un personnage providentiel avec un peuple infantilisé. La concentration des pouvoirs dans les mains d’une seule personne, la mise sous tutelle de l’Assemblée par le calendrier électoral, l’élection d’une majorité parlementaire qui n’a rien de majoritaire dans le pays : autant d’obstacles à un débat démocratique structuré et efficace, à l’élaboration et à la mise en œuvre des transformations économiques, sociales, sociétales et environnementales indispensables. Nous souhaitons que le prochain locataire de l’Elysée ne soit pas un président-monarque de plus mais le promoteur d’une transition mettant fin aux institutions obsolètes et inefficaces actuelles.

Plus de quatre électeurs de gauche sur cinq sont favorables à une primaire des gauches et des écologistes, et notre initiative suscite un vif intérêt au niveau local et dans la société civile. Notre proposition répond à une demande pressante : l’électorat de gauche et écologiste veut sortir le débat politique de l’opposition stérile entre les sociaux-libéraux et la gauche de la gauche, et ne pas rester assommé par les défaites électorales successives. Il est déstabilisé par certains choix présidentiels et gouvernementaux, déboussolé dans une Europe minée par les égoïsmes nationaux, inquiet dans un monde instable et dangereux.

Pour amorcer la pompe et progresser dans le processus initié par notre appel, pour revitaliser le débat et remettre en chantier une vision pour la gauche, nous avons mis noir sur blanc quelques premières réflexions. Certains textes font apparaître les positions à partir desquelles échanger ; d’autres interpellent la gauche, lancent un cri, posent des questions. D’autres encore développent plus particulièrement un point de vue, une orientation. L’ensemble témoigne de la diversité de nos engagements, en même temps de ce qui les unit : la volonté de réouvrir le débat intellectuel et politique à gauche. Voici dès aujourd’hui cinq premiers textes, puis chaque jour, dans un espace de Libération qui sera dédiée à « notre primaire », nous en publierons d’autres.

Par ailleurs, nous préparons des rencontres dans plusieurs villes et nous échangeons avec des responsables politiques. Nous rendrons compte de nos démarches dans une quinzaine de jours.

Il y a six semaines, le FN s’était vu refermer les portes du pouvoir dans toutes les régions alors qu’il avait déjà glissé un pied dans plusieurs d’entre elles. Pas un représentant politique ne s’est privé alors de dire qu’il fallait tout changer pour éviter le crash démocratique. Un mois plus tard, conformisme et conservatisme sont de retour. L’urgence de nous réapproprier le destin de la gauche et de l’écologie pour 2017 est plus que jamais là.

Débloquez le débat ! Signez notre appel sur notreprimaire.fr, faites le circuler, et n’hésitez pas à vous saisir de ces contributions pour échanger avec nous, entre vous.

Julia Cagé, Dany Cohn-Bendit, Mariette Darrigrand, Marie Desplechin, Guillaume Duval, Romain Goupil, Yannick Jadot, Hervé Le Bras, Dominique Méda, Thomas Piketty et Michel Wieviorka (initiateurs de #NotrePrimaire).